Fabricant : Sega
Type : Console de salon
Génération : Quatrième


Date de sortie :

  • Japon 29 octobre 1988
  • États-Unis Canada 14 août 1989
  • Corée du Sud Août 1990
  • Europe Australie 30 novembre 1990

Fin de production :

  • Sortie internationale 1997 (Sega)
  • États-Unis Canada 1999 (Majesco)

Média : Cartouche
Contrôleur : Manette de jeu
Unités vendues Monde :

  • Sortie internationale 39,70 millions
  • États-Unis Canada 20 millions
  • Japon 4,30 millions
  • Europe Australie 6,90 millions
  • Autres : 3,50 millions
  • Tec Toy : 2 millions
  • Majesco : 2 millions
  • Nomad : 1 million

Jeu le plus vendu : Sonic the Hedgehog (15 millions)


Logo :

Sega Mega Drive

Description & Histoire :

La Mega Drive (メガドライブ, Mega Doraibu), ou Genesis en Amérique du Nord, est une console de jeux vidéo de quatrième génération conçue et commercialisée par le constructeur japonais Sega Enterprises, Ltd. La Mega Drive est la troisième console de Sega, elle succède à la Master System. Sega sort d’abord la console au Japon sous le nom de Mega Drive en 1988, la console est ensuite lancée en 1989 en Amérique du Nord, renommée Genesis sur ce territoire. En 1990, la console sort dans la plupart des autres territoires en tant que Mega Drive.

Conçue par une équipe de recherche et développement supervisée par Masami Ishikawa, le hardware de la Mega Drive est adapté du System 16 pour borne d’arcade. Le système prend en charge une ludothèque de plus de 900 jeux créés par Sega et par un large éventail d’éditeurs tiers, publiés sous forme de cartouche de jeu vidéo.

Au Japon, la Mega Drive ne se vend pas aussi bien que ses deux principales concurrentes, la Super Nintendo de Nintendo et la PC-Engine de NEC. Cependant, fort de sa riche expérience en salles d’arcade et prenant de court Nintendo sur le marché des consoles 16 bits, Sega parvient à positionner la Mega Drive en Amérique du Nord et en Europe, où elle connait un succès considérable avec la captation de la majorité du marché 16 bits dans plusieurs territoires, particulièrement aux États-Unis et au Royaume-Uni. Les principaux composants qui œuvrent à son succès sont ses portages de jeux vidéo d’arcade, la popularité de la série Sonic the Hedgehog, plusieurs franchises connues de jeux de sport, ainsi qu’un marketing offensif envers le public jeune qui positionne le système comme étant la console « cool » pour les adolescents.

En 1990, Nintendo sort sa Super Nintendo, ce qui entraine lors des années suivantes une farouche bataille entre les deux constructeurs pour la captation d’un maximum de parts du marché des consoles 16 bits, notamment en Amérique du Nord et en Europe. Cette rivalité, souvent qualifiée de première véritable « guerre des consoles » par les journalistes, a laissé son empreinte dans la mémoire collective des joueurs de jeux-vidéo, notamment via l’affrontement fictif et symbolique des mascottes respectives des deux constructeurs, à savoir Mario de Nintendo face à Sonic de Sega. Comme cette compétition attire de plus en plus l’attention du grand public auprès de l’industrie vidéoludique, la Mega Drive et plusieurs de ses jeux les plus médiatisés suscitent d’importantes analyses sur des questions liées à la rétroingénierie et à la violence dans les jeux vidéo. La controverse entourant des titres violents comme Night Trap et Mortal Kombat conduit Sega à créer le Videogame Rating Council, le prédécesseur de l’Entertainment Software Rating Board.

À la fin de son cycle de vie, bien que finalement distancée par la Super Nintendo, et en particulier au Japon, la console compte environ 40 millions d’exemplaires vendus dans le monde. C’est le succès le plus important de Sega sur le marché des consoles. La Mega Drive et ses jeux restent populaires parmi les fans, les collectionneurs, les passionnés de musiques de jeux vidéo, et les amateurs d’émulation. Des rééditions de la console sous licence sont encore produites dans les années 2010, et plusieurs développeurs de jeux vidéo indépendants continuent à produire des jeux compatibles avec ce système. Sortie en 1994, la Saturn succède à la Mega Drive.

Émulateurs :

  • null
    Kega Fusion v3.64 (fix)
    Windows | en | Mise à jour : 18/11/2017
    Kega Fusion est un émulateur de la console de jeu vidéo Sega Mega Drive / Genesis gratuite pour Microsoft Windows, MacOS X et GNU / Linux. Vous pouvez émuler la plupart des consoles de jeu Sega lancées avant la Saturn. C’est l’un des émulateurs les plus populaires de Mega Drive. Kega Fusion est basé sur l’émulateur Kega et son successeur Kega Lazarus, tous deux abandonnés.

  • null
    BlastEM v0.5.1
    Windows | en | Mise à jour : 18/11/2017
    BlastEm est un émulateur open source, extrêmement précis pour la Genesis / Megadrive qui fonctionne sur un matériel modeste. C’est le premier émulateur à exécuter correctement l’impressionnante démo Overdrive 2 de Titan et c’est le seul autre émulateur en dehors de Genesis Plus GX qui peut correctement exécuter l’Overdrive original. C’est le seul émulateur autre qu’Exodus qui réussit la ROM de test FIFO VDP de Nemesis, peut afficher des démos “Direct Color DMA” et émule des conflits CRAM (aussi appelés points CRAM).

  • null
    Higan (x64) v106
    Windows | en | Mise à jour : 18/11/2017
    higan est un émulateur multi-système qui a commencé à être développé le 2004-10-14. Il supporte actuellement les systèmes suivants: Nintendo Famicom, Nintendo Super Famicom, Super Game Boy, BS-X Satellaview, Sufami Turbo, Nintendo Game Boy, Nintendo Game Boy Couleur, Nintendo Game Boy Advance, Sega Master System, Sega Game Gear, Sega Mega Drive, NEC PC Engine, NEC SuperGrafx, Bandai WonderSwan, Bandai WonderSwan Couleur.

Liste des jeux disponibles :

Voir la collection complète

Source : Wikipedia

Menu
Langue »